12 août 2005

Tourner pour retrouver le centre de son monde

Il faut tourner en rond.
Jusqu'à l'ivresse dervichetourneurienne, la perte des repères, l'envol.

Comme la terre, et la lune, le soleil et les galaxies, et les particules de la matière.

C'est en tournant en rond sans cesse qu'on finit par perdre tout lien d'équilibre avec notre environnement, toute stabilité, et que l'on peut enfin rêver et s'approcher de la vérité.
Il y a un lien physique permanent entre notre corps et notre environnement. Faire un demi-tour sur soi-même permet de le modifier légèrement. Un tour complet le met à mal. Plusieurs tours finissent par nous détacher complètement de ces "cordes invisibles" qui nous arriment avec notre entourage, et aussi avec la réalité du monde, pour n'être plus que "relatifs à nous mêmes", condannés à continuer pour garder l'équilibre, et partir dans un mouvement sans fin.

Quand un bateau ne peut plus s'accrocher au vent ou à la mer il devient fou.
Quand vous avez perdu tout lien avec le monde vous devenez vous.

Alors on peut se trouver en contact avec ce qui fait l'essentiel de soi-même, et s'en repaître.

Se nourrir de soi-même est dangereux mais tellement ennivrant ! L'on déguste le concentré de sa propre substance, la plus adéquate, la plus rassurante. L'on fait connaissance avec les limite de sa folie, l'on flirte avec la chute vertigineuse du Dedans, l'on peut enfin retourner dans la Matrice originelle, à l'abri de tout.

Ensuite il faut reconstruire sa logique structurelle, réaménager ses forces et ses idées, recréer le lien avec le monde pour pouvoir s'arreter de tourner et communiquer avec l'extérieur, riche de nouvelles constructions.

Posté par musitaine à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Tourner pour retrouver le centre de son monde

Nouveau commentaire